Des questions / Suivi client

du lundi au vendredi +33 6 71 57 18 34

Nos actualités

Les add-on : leur utilité et quelques applications concrètes

 Un add-on, parfois aussi appelé plug-in ou plugin, est une extension qui s'ajoute à un programme informatique pour lui donner des fonctionnalités supplémentaires. L'application basique devient alors plus performante et se spécialise. Ajouté à un logiciel de dessin industriel ou de cao, le add-on permet de répondre à un besoin spécifique.

Catia, le logiciel créé par la société Dassault et dont la maintenance est assurée par la compagnie Dassault Systèmes, par exemple offre de nombreuses fonctionnalités en plus de celles proposées à l'installation. Autocad, SketchUp et quelques autres logiciels de conception par ordinateur disposent également d'add-on dédiés pour faciliter le travail du dessinateur - projeteur, du dessinateur industriel, du designer, de l'ingénieur, de l'architecte, etc. lors de la réalisation de maquettes numériques et de modélisations 3D.

 

A quoi servent les add-on : quelques exemples pratiques

 

Au simple logiciel de dessin industriel 2D ou 3D, s’il est programmable, pourront être ajoutées des add-on permettant par exemple :

- le calcul automatique du diamètre d'une gaine de ventilation en fonction du débit et de la vitesse maximum imposée de l'air ;

- le calcul de la perte de charge et l'équilibrage d'un réseau de gaine, selon la formule complexe de Colebrook ;

- le tracé automatique du profil en long, le calcul des cubatures ou des lignes de niveau d'un terrain à partir d'un relevé de points réalisé par un géomètre ;

- le dessin automatique en 3D de profilé métallique à partir d'un jeu de données 2D ;

- le calcul du poids des objets dessinés en 3D ;

- le comptage et le métré automatique des objets dessinés ;

- le calcul de la section des câbles électriques en conformité avec la norme NF C 15-100 ;

- le calcul automatique du diamètre des canalisations de plomberie selon le  DTU 60.11 ;

- la mise à jour automatique de la base de données de patrimoine.

 

Les secteurs d'activité intéressés par les add-on ?

La liste des add-on est vaste et s'adresse à de nombreux secteurs d'activité dont le bâtiment et les travaux publics avec des applications en plomberie, électricité, maçonnerie ou terrassement, l'urbanisme, l'ingénierie et plus globalement l'ensemble des travaux qui nécessitent une modélisation 3D. Dassault les utilise pour la conception aéronautique mais bien d'autres applications sont possibles lorsqu'un logiciel CAO 2D 3D professionnel ou un logiciel de dessin technique évolué est à disposition. Sont par exemple visés la construction de barrages et édifices, la mécanique, l'électronique, etc.

Dassault utilise ce système et développe régulièrement de nouveaux outils pour son logiciel Catia : les add-on permettent en outre d'intégrer des éléments de texte et de graphisme (logos et sigles) dans les projections 3D. Dessiner, concevoir, imaginer... devient bien plus simple et la créativité n'a presque plus de limites. Ces extensions sont prévues pour optimiser les moyens à disposition mais aussi analyser les conceptions et les valider. D'autres add-on aident à se former au DAO et au CAO, à échanger des données en temps réel, à créer des fichiers facilement identifiables et bien plus.

Si les add-on ne sont pas fournis avec le logiciel de simulation et de conception assistée par ordinateur, l'API (Interface de Programmation d'Application), fournie par le fabricant, permet aux développeurs de créer des modules d'extension et ainsi de proposer des services complémentaires aux utilisateurs.

Pourquoi ajouter des extensions à ces logiciels de dessin ?

Ces add-on permettent d’augmenter la productivité de l’outil de dessin et complètent les applications web et mobiles. Dans le cas d'un logiciel orienté vers l'architecture comme sketchup, les plug-ins facilitent la création d'espaces verts, modélisent une toiture ou génère des surfaces à partir de contours.

Parmi les logiciels de cao conçus pour le secteur de l'industrie et du bâtiment en général et couramment utilisés dans les bureaux d'études, Autocad présente de nombreux intérêts. Ses add-on sont appelés jeux d'outils et portent différents noms : Architecture, Electrical, Map 3D, Mechanical, MEP (Modélisation des données d'un bâtiment selon le concept MEP), Plant 3D (pour créer des schémas P&ID avant une installation industrielle) et Raster Design (qui convertit certains formats d'images en objets DWG™). Des solutions innovantes accélèrent les différents projets et assurent la fiabilité des résultats.

En bref, les add-on sont des outils spécialisés par secteur ayant pour objectif d'améliorer les fonctionnalités du logiciel de dessin cao. Ces extensions aident donc à gagner du temps : les tâches sont simplifiées et automatisées. Très ciblées, elles vont à l'essentiel. Les installer est plus ou moins simple et demande parfois l'intervention d'un informaticien expérimenté.

 

La place du dessin au cours des époques les plus marquantes

Le dessin a toujours été un allié. Cet art a marqué les grandes périodes historiques et évolue régulièrement en s'inventant de nouveaux supports. Dessiner a de tous temps été un besoin pour l’homme.

La préhistoire : premières esquisses et modélisations réussies

L’art pariétal, durant la Préhistoire, est certainement né d’un besoin impérieux de communiquer. Si les images symboliques et figuratives dessinées dans les grottes sont chargées de significations, et même si certains n'ont pas la capacité de capter la réelle signification de ces dessins, il est à la portée de tous de comprendre le message transmis, de l'interpréter en tenant compte de sa culture et de ses codes.

Les hommes préhistoriques utilisaient, pour réaliser ces dessins, des fusains charbon de bois pour les images de couleur noire et l’hématite pour les images de couleur rouge : ces fusains étaient projetés directement sur les murs en pierre avec la main, les doigts, la bouche ou avec des pinceaux réalisés avec des crins d’animaux ou fibres végétales.

De -3500 à -476 ont été inventées les premières écritures, des symboles dessinés et gravés dans la pierre sur des tablettes d’argile. Les outils privilégiés alors pour poser l’encre sont le roseau taillé en pointe, appelé calame ou la plume d’oiseau.

L'antiquité : écriture et dessins évoluent

A l'époque des pyramides, les égyptiens ont recours à des calculs mathématiques pointus mais également à une mise sur papyrus de formes et symboles à l’aide d’un pinceau végétal imprégné d’encre au carbone pour la couleur noire et d’encre à l’ocre rouge. Ces dessins sont des représentations imagées que l’on qualifierait aujourd’hui d’esquisse ou de croquis, comme sur le célèbre papyrus de Rhind ou celui d’Ahmès.

L’art et la construction deviennent rapidement indissociables et cela se confirme au Moyen-Âge durant lequel débute la construction des lieux cultes. Sur parchemins, supports en peau d’animal, se dessinent les plans d’églises, basiliques, cathédrales, mosquées, temples, etc. Certains architectes reproduisent, grâce aux dessins, des monuments construits afin de s’en inspirer.

Le parchemin, alors couramment utilisé, est peu à peu remplacé par le papier, plus économique. Après l'apparition de l’imprimerie en Occident au 15e siècle, les plans architecturaux sont plus détaillés et gardent une approche esthétique et religieuse.

Le dessin technique et l'architecture

Les temps modernes sont marqués par la construction d'édifices pour la royauté : châteaux, structures à visée militaire tels que fortifications et créations urbaines : parcs et jardins.
Les plans réalisés pour l'édification du château de Coucy par exemple, sont semblables aux dessins éclatés actuels. Chaque pièce est nommée par une lettre. L’esthétique, la fonctionnalité et l’intérêt militaire sont bien étudiés pour ne rien laisser au hasard.

Mais, c'est bien l’ère industrielle qui va bouleverser les pratiques du dessin avec l’apparition de supports innovants. Au XIXe siècle est créé le papier calque, un papier transparent utile pour dessiner ou reproduire à l’identique un dessin artistique ou technique. Les dessinateurs utilisent l’encre de Chine ou le crayon car les inscriptions sur ce papier sont faciles à corriger par grattage ou gommage. Au début du XXe siècle, la totalité des dessins industriels se réalisent sur papier calque.

Cette invention a conduit à la création de la diazographie : les plans sont reproduits en bleu sur fond blanc, simplement par contact. Cette technique a permis la copie de plans d’architectes et dessins industriels.

Les supports innovants et logiciels de dessin

Avec l’apparition d’autres méthodes de reprographie, la généralisation de la CAO (Conception Assistée par Ordinateur), la modernisation des tables traçantes... la diazographie a été abandonnée.
Parmi les nouvelles pratiques : le
Dessin Assisté par Ordinateur (DAO). Les plans sur papier disparaissent au profit de plans numériques. Les dessins techniques sont alors exécutés avec un logiciel de DAO. La souris et le clavier remplacent le crayon. D’abord en 2D, les dessins numériques sont aujourd'hui visibles en 3D. Le BIM, Building Information Modeling, complète le DAO en favorisant l’intégration de la Modélisation des Informations du Bâtiment. Contenant des données intelligentes et structurées, le plan numérique devient une maquette numérique paramétrique 3D.

Ainsi, la conception des dessins évolue constamment et l’échange se fait de manière numérique et sécurisée avec le cloud. Matériels, raccordements réseau et logiciels assurent un libre accès aux ressources et s'adaptent automatiquement à la demande en capacité de stockage et puissance de calcul. Ces ressources mutualisées sont accessibles à plusieurs utilisateurs simultanément, n’importe où dans le monde.

Enfin, rappelons que le dessin industriel est indispensable dans d’innombrables domaines : BTP (Bâtiment et Travaux Publics) et VRD (Voirie et Réseaux Divers), topographie, BET (Bureaux d’Études Techniques), architecture, mécanique, électronique, électricité, menuiserie, chaudronnerie, tuyauterie, construction métallique, aéronautique...

 

 

Les prémices du dessin industriel : de la préhistoire à aujourd'hui

Le besoin de communiquer existe depuis bien plus longtemps que le langage : les premiers ensembles picturaux de l'homme moderne, ou Homo Sapiens, dateraient de 35000 ans avant Jésus Christ. Regroupées au sein de l'art pariétal, ces représentations sculptées, gravées ou peintes mesurent l'importance de la transmission d'informations entre les peuples et les civilisations.

La place du dessin industriel, dans un monde où la communication par l’image existe depuis la nuit des temps, est sans nul doute universelle et sans barrière linguistique.

 

Étymologie du terme "dessin"

Selon Wikipédia, le mot dessin est tiré de « dessigner », avec l'influence de l'italien «disegno » signifiant la représentation graphique. Le sens de conception a été conservé dans le terme anglais "design", qui vient de l'italien « designo » et du français « dessein ».

Si le terme "dessein" est à présent employé pour parler d'une "intention" ou d'un "projet", son premier sens était "tracer" ou "marquer".

Le rôle du dessin s'est donc affiné avec les années, perpétrant par là même des traditions ancestrales et permettant une transmission des messages fluide et hautement compréhensible. Indispensable à de nombreux secteurs d'activité, et pas uniquement la presse et les médias, le dessinateur est aujourd'hui défini comme un professionnel qui pratique avec art le dessin. Son rôle est d'informer mais aussi de surprendre ou de créer en se basant sur des données pré-établies.

 

Impacts du dessin à travers les âges

Première marque d'expression, le dessin est la base de tout. L’homme dessinait bien avant l’apparition de l’écriture (datée à 3500 ans avant JC seulement). Des hiéroglyphes, inspirés de formes géométriques et graphiques,symbolisaient alors des mots précis. Dès les prémices du dessin, un sens de l'observation aigu et une certaine créativité amenaient à un résultat remarquable, même si les outils et les encres étaient rudimentaires.

De nos jours encore, tout individu sait communiquer par le dessin avant de pouvoir lire, parler ou écrire. Dans certains cas, cette forme d'expression, libre et faisant parfois appel à l'imagination, permet de se faire comprendre là où l’écriture demeure une frontière, le but étant de représenter une forme, d'exprimer un état d’âme ou une émotion. Bien souvent, le dessin est intuitif : la main reproduit ce que l'esprit lui dicte en étant la plus fidèle possible, ou au contraire, en créant d'autres concepts, non connus jusqu'alors. Une image claire et authentique apparaît et donne vie à l'objet.

Telle une aptitude innée, le dessin est ancré dans nos gênes : cet art, que nous avons tous en nous, est un puissant moyen d’expression personnel et universel, indispensable à l’homme.

 

Une évolution maîtrisée vers le dessin industriel

Plus spécifique et renvoyant à plusieurs domaines et spécialités, le dessin industriel, aussi appelé dessin technique, favorise la représentation des éléments, produits, bâtiments, pièces industrielles ou encore plans, de manière concise et précise. Ce mode de représentation est apparu au 15ème siècle ! En effet, Léonard de Vinci a été le premier à produire un dessin qui combine un intérêt scientifique et des compétences artistiques. Ses expériences sont reproduites en trois dimensions, sous plusieurs angles et en n'oubliant aucun détail. Les objets apparaissent alors assemblés ou pièce par pièce, élément par élément.

A cette époque, les dessinateurs utilisaient des outils bien connus de tous, à savoir le compas, le crayon et la règle. Ils utilisent aujourd’hui des moyens bien plus modernes tels que la CAO (Conception Assistée par Ordinateur) et le DAO (Dessin Assisté par Ordinateur). Des logiciels de modélisation, comme AutoCAD (marque déposée par AutoDesk USA), accompagnent le professionnel et structurent ses idées.

 

Les nouveaux outils dédiés aux esquisses et à la conception

Réaliser des schémas, des plans, des modélisations 3D ne se fait plus à la main. En effet, la plupart des professionnels, faisant partie d'un bureau d'études ou d'une entreprise d'ingénierie, travaillent intégralement sur ordinateur. Les logiciels de CAO et de DAO garantissent la qualité des dessins, des croquis et esquisses, des graphiques, des maquettes, etc. notamment s'ils doivent être normalisés.

Ces logiciels de dessin technique sont reconnus pour leurs atouts indéniables concernant la représentation, la conformité et la réalisation d’un projet et sont aujourd’hui indispensables à la création d’un prototype par les ingénieurs chargés de la validation de process et ce, dans une multitude de domaines, à savoir : le BTP et le VRD, le bâtiment, les activités de géomètre, le BET, l’architecture, la mécanique, l’électricité, la menuiserie, la chaudronnerie, la tuyauterie, la construction métallique, etc. Finalement, le logiciel de dessin industriel ou de design graphique aide à parfaitement visualiser un projet ou une invention, bien avant qu'un prototype soit mis en forme. Il aide à faire des choix et à améliorer les concepts de base.

 

Outil pour la gestion des licences réseaux de GstarCAD.

Pour gérer vos licences GstarCAD nous mettons à votre disposition un outil de surveillance des licences GstarCAD en réseau.

GLM

Merci de télécharger l’outil (notice incluse dans le fichier zip) via le lien suivant :
https://ovsdownload.gstarcad.net/Software2020/Tools/GstarCAD_Network_License_Dashboard-20200828.zip    

Avec cet outil vous pouvez maintenant vérifier les informations du Produit, Licence attribuée, Licence possédée, Utilisateurs, Statut, Heure de début, Heure de fin et Durée d’utilisation, vous pouvez voir ces informations en liste et en diagramme.

Pour plus d’informations, veuillez consulter le fichier GstarCAD Network License Dashboard.

Nous sommes à votre écoute pour toute remarque pouvant améliorer ce nouvel outil.